•  
     
     
     
     
     
     
     
    Note: 15/20
    Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     
     
     
    Salvador Dali, né le 11 mai 1904 à Figueras, Espagne, mort en 1989. Son enfance se partage entre Figueras, Barcelone et Cadaquès.
    "Les montres molles", de son vrai nom, " La persistence de la mémoire", est une huile sur toile, 24x33 cm, conçut en 1931 en Cadaquès et Paris.
     
    Trois images séparées de montres molles réduisent le premier plan de cette oeuvre. Au premier plan, l'oeil est attiré par, ce qui emble être un visage, on y voit un nez, des cils...
    A gauche du tableau, les montres molles sont prédominantes. Au dernier plan, l'horizon, la mer et des roches escarpées se dessinent. Grâce au fond de couleur sombre du premier plan, les éléments comme les montres, le visage, le paysage du dernier plan sont mis en valeur, l'oeil est attiré par leurs couleurs lumineuses.
     
    Les montres coulantes nous montrent bien l'idée du temps qui passe, coule sans que l'on y pense. Il semble que le temps n'ait aucune importance. Le paysage de dernier plan donnent l'impression de sérénité, de calme. Le visage amorphe marque l'identité de l'artiste.
     
    Beaucoup des peintures de Dali ont été influencées et inspirées par les paysages de sa jeunesse.
    Dali peint des détails des paysages de Catalogne dans ses oeuvres. Il peint la persistence de la mémoire alors qu'il était au Cap Creus, passant ses journées à faire ce que bon lui semblait. Et c'est par une chaude après-midi d'été, alors qu'il mangeait devant son tableau, il pris son crayon et soulevant une tranche de camenbert devenue coulante par la chaleur, quil eu l'idée des montres molles ( critique-paranoïa ).
     
    Les montres molles sont un symbole communément associé au surréalisme de Dali.
     
     
     
    Note: 11,5/20
    Blogmarks

    votre commentaire
  • Présentation


    Ce que veulent les femmes

    Les femmes aiment que leurs accessoires de mode, comme leur maquillage, évoquent leur personnalité, mais elles aiment également pouvoir adapter selon leurs besoins ou envies du moment, assortir à une tenue, à un événement, une saison.

    C'est pour cette raison que je vous propsose des motifs ou chaque femme, quelque soit son âge, sa sensibilité, ses goûts, pourra trouver le motif qui lui plaira (où elle pourra se reconnaitre).

    Il s'agit ici d'un aperçu limité par la taille du document, j'ai beaucoup d'autres idées de motifs pouvant convenir à un large public, de l'adolescente à la femme mûre.

     

     

    La petite histoire de cette commande

    Fin Janvier je reçoit un appel d'un homme disant s'appeler Thierry Tardieu, vivant près de Compiègne.

    Il me dit qu'il est à la recherche d'un graphiste pour créer des motifs pour de la décalcomanie d'onglerie.

    Jusque là OK, ça m'intéresse. Donc il me demande de lui envoyé des exemples de motifs, il me dit qu'à la suite de cela il verra avec sa femme pour choisir entre plusieurs graphistes et que celui selectionné sera embauché, contrat freelance, mi-temps, ou ( et c'est la que ça devient louche) payer par des stoks option dans son entreprise...

    Etant encore et toujours à la recherche d'un boulot, je lui envoie des échantillons de motifs, bien sur, méfiance oblige, non finalisés et non imprimables pour prospection^^.

    Et là, c'est la blague...Il me rappel en me disant que ça l'intérèsse et que maintenant il voudrait des formats imprimables pour aller en prospection, pour vendre les motifs et ( genre voir si ça marche ). C'est ce moment que je me dit c'est louche, le plus gros problème étant qu'à ce moment il n'est plus question d'avoir de contrat mais encore d'attendre après la prospection pour avoir un contrat et être payer.

    Donc je lui dit que je vais voir ça, ont raccrochent, et ayant dans mon entourage une personne si connaissant dans les droits etc... Bref, je lui raconte l'histoire, et elle me dit que ça a l'air d'être un pilleur mais qu'il faudrait qu'elle lui parle.

    L'idée étant d'avoir la certitude que cette histoire est louche, Donc échange de mail pour convenir d'un entretien téléphonique avec ma " Conseillère " ^^, l'entretien ce fait...

    Une fois l'entretien terminé, ma "C" me rappel. Et confirmation le gars ce fou de la gueule du monde, ma "C" lui explique que lorsque l'ont fait une commande auprès d'un graphiste pour un projet finalisé, il faut qu'il y est contrat, où autres garantie afin que le graphiste soit payé, et là et bien non pour lui c'est un privilège qu'il me fait que je bosse gratos pour lui... xD

    Donc la ma "C" le préviens que mes motifs sont protégés ( oui une fois que je lui ait envoyé j'ai envoyé le tout à l'INPI en même temps^^), et qu'il n'a bien sur pas le droit de les utilisés, d'après ma "C", il n'avait pas l'air très content ^^, ma "C" lui propose donc de convenir d'une rencontre afin de régler les modalité de contrat, ce qu'il accepte, en lui disant qu'il me contacterais moi, pour me confirmé une rencontre samedi après midi (19/02/11).

    J'attend 2 jours puis je le recontacte par mail, pour savoir ce qu'il en est, et c'est là que l'ecroquerie se confirme, il n'avait pas "percuté", ce sont ses propres mots, qu'il devait me recontacter et que vu qu'il a d'autres "intervenants" sous la main, autrement dit d'autres pigeons.

    Donc je ne sais pas ce que vous en pensez, certains diront, bah les étudiants, les débutants dans le métier c'est normal qu'ont leurs fassent des commandes sans les payés, mais moi je pense que tout travail mérite salaire, surtout là, autant je veut bien bosser gratuit pour une noble cause, mais pour un truc pour les ongles, là non, ce n'est pas parce que je suis débutante et que je suis en cours d'étude qu'il faut se faire exploiter.

    Blogmarks

    votre commentaire